• Livraison offerte dès 49 €
  • Retour gratuit sous 30 jours
  • Plus de 8.000 articles
Hund liegt auf Vorderbeinen, Körpersprache des Hundes

Langage corporel du chien : Communication avec la queue et les oreilles

Lorsque vous regardez votre chien, vous, en tant que propriétaire expérimenté, savez immédiatement ce que l’animal a en tête. Semble-t-il excité à l’idée de se promener ou de manger ? Est-il peu disposé parce que le chat occupe son panier ? Ou remarquez-vous immédiatement quand il a fait quelque chose que vous n’avez pas encore remarqué ? Votre ami à quatre pattes transmet tout cela sans un seul « woof » : Son langage corporel est si varié que les plus petites nuances dans ses expressions faciales et sa posture en disent long. Apprenez à « décoder » votre chien ici.

Loading...

Dialogue sans aboiement : À quoi ressemble le langage corporel chez les chiens ?

Les chiens ont un large répertoire de vocalisations : Ils aboient, hurlent, grognent ou gémissent. Mais ces vocalisations ne sont qu’une partie de leur communication. La plupart des communications se font de manière non verbale, par le biais des expressions faciales et des gestes. En l’absence de mains, le chien utilise principalement ses oreilles et sa queue pour « gesticuler ». En outre, la troisième composante de sa communication est sa posture générale. Le « langage » proprement dit, c’est-à-dire l’expression orale, ne prend tout son sens que dans le contexte du corps.

Quels sont les niveaux du langage corporel dans le comportement des chiens ?

Lorsqu’ils communiquent entre eux, les chiens utilisent toutes les possibilités susmentionnées pour échanger des informations :

  • Signaux audibles : aboiements, jappements et hurlements sont utiles en cas d’isolement lorsqu’il n’y a pas de contact visuel entre les animaux (ou entre l’homme et l’animal). Par exemple, un chien de recherche peut appeler son maître lorsqu’il a fait une découverte, ou une meute de chiens peut maintenir le contact entre les membres du groupe.
  • Gestuelle : la posture et le mouvement de la queue ou la position des oreilles sont des signaux visuels qui peuvent être interprétés même lorsque le chien se tient à une certaine distance de son congénère. Une queue qui remue n’a pas la même signification qu’une queue droite.
  • Expressions faciales : les yeux et les lèvres, en particulier, dominent l’expression faciale du chien et, lorsqu’ils sont observés de près, peuvent transmettre des messages très différents.
  • Posture : la posture du corps et la tension indiquent si le chien est en confiance ou sur la défensive, détendu ou nerveux.

Les expressions corporelles sont toujours combinées, tandis que les expressions orales sont facultatives. En outre, les chiens se transmettent des informations par les odeurs, de sorte que la communication entre animaux a toujours une composante olfactive.

Comment interpréter le langage corporel des chiens ?

Du museau au bout de la queue, les signaux typiques suivants sont utilisés dans le langage corporel canin :

  • Posture de la tête : Un regard détourné signale une humeur tranquille, un contact visuel direct indique la confiance ou, selon le contexte, la confrontation. La tête peut être levée ou abaissée et le regard attentif. Si la tête est inclinée d’un côté de façon interrogative, le chien est déstabilisé et cherche à comprendre la situation.
  • Yeux : des pupilles contractées ainsi qu’un regard fixe doivent être compris comme une menace. Un chien détendu et amical a de grandes pupilles et une expression plus douce. La position des sourcils renforce également l’expression – pensez au célèbre « regard du teckel ».
  • Museau : les lèvres, les coins de la gueule et les dents en disent long. Les coins de la gueule tirés en arrière révèlent la soumission ; si le chien montre les dents, il s’agit d’une menace. En revanche, lorsque les lèvres sont tournées vers l’avant et que les canines sont légèrement saillantes, c’est que le chien se sent détendu. En général, une gueule légèrement ouverte est un signe de détente. En revanche, si le chien « baille » avec la gueule grande ouverte, il n’est pas forcément fatigué : Cela peut aussi être un signe d’apaisement, de contrariété, ou que quelque chose ne lui convient pas.
  • Oreilles : selon la race, la position des oreilles du chien peut être un peu plus difficile à décoder. Un animal aux oreilles tombantes prononcées, comme le basset, peut ne pas être capable de pointer ses oreilles comme le fait le berger allemand. Vous devez donc examiner d’un peu plus près les signaux que votre chien vous envoie avec ses oreilles. Les oreilles pointées vers l’avant montrent un sentiment de sécurité et d’attention ; couchées vers l’arrière, elles signalent la peur ou la soumission.
  • Pelage dorsal : un chien excité ou agressif peut hérisser les poils du dos. Cela a pour effet visuel de faire paraître l’animal plus grand et plus volumineux. En hérissant ses poils, le chien exprime son agacement ou une menace claire.
  • Queue : une queue qui se balance calmement indique une attitude amicale, mais selon la vitesse du mouvement, elle peut aussi indiquer l’énervement ou, selon le contexte, une agression. Fixe, elle signale l’attention, tremblante, elle signale l’énervement. Repliée entre ses pattes arrière, elle montre la peur. Ici aussi, il peut y avoir des « problèmes de communication » chez les races à queue courte. Chez ces chiens, c’est alors l’ensemble de l’arrière-train qui remue.
  • Attitude générale : ici, le « changement » de la taille du corps joue un rôle. Si le chien se fait grand ou se gonfle, il est sûr de lui et veut peut-être impressionner un adversaire. Si le chien essaie de paraître plus petit (par exemple, en s’accroupissant) ou s’il plie ses pattes arrière, c’est qu’il est peu sûr de lui et craintif. S’il s’allonge sur le dos et dévoile son ventre, c’est un geste de soumission. Si, en revanche, il abaisse l’avant de son corps et étire son arrière-train, en remuant la queue, c’est une invitation au jeu.

Où se cachent les malentendus dans le langage corporel des chiens ?

Lorsque vous interagissez avec votre chien, vous devez toujours essayer non seulement de prêter attention à son langage corporel, mais aussi d’y réagir de manière adéquate. Certains éléments de notre langage corporel humain sont interprétés par le chien de manière complètement différente de ce que nous avions prévu. Par exemple, veillez à ne pas regarder un chien directement dans les yeux si ce n’est pas nécessaire : Du point de vue du chien, il s’agit d’un geste menaçant. Il en va de même pour le sourire : Même si vous voulez bien faire et que vous souriez à un chien, celui-ci peut ne pas comprendre les expressions humaines où l’on montre les dents et étire les coins des lèvres. Ne touchez pas un chien par surprise et par derrière et ne vous penchez pas sur lui – cela peut également être interprété comme un geste hostile pour lui. Par ailleurs : Des chercheurs en comportement de l’Université de Floride ont découvert que les performances de transfert des chiens dans l’interprétation des expressions faciales de personnes familières sont plus différenciées que l’inverse.

Loading...

D’autres articles susceptibles de vous intéresser